Tout ce qu'il me reste de la révolution | Longs métrages | Festival du Film de Saint Paul Trois Châteaux
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	
	




13-20 octobre 2018

Tout ce qu'il me reste de la révolution

Tout ce qu'il me reste de la révolution

Longs métrages
Judith Davis

France

2018 / 88’ / VO : Français / tout public
Premier film

Angèle avait 8 ans quand s’ouvrait le premier McDonald’s de Berlin-Est…Depuis, elle se bat contre la malédiction de sa génération : être né « trop tard », à l’heure de la déprime politique mondiale.
Issue d’une famille de militants, sa sœur a choisi le monde de l’entreprise et sa mère a abandonné du jour au lendemain son combat politique, pour déménager, seule, à la campagne. Mais son père, ancien maoïste chez qui elle retourne vivre, lui, est resté debout. En colère, déterminée, Angèle s’applique autant à essayer de changer le monde qu’à fuir les rencontres amoureuses.
Que lui reste-t-il de la révolution, de ses transmissions, de ses rendez-vous ratés et de ses espoirs à construire? Tantôt Don Quichotte, tantôt Bridget Jones, Angèle tente de trouver un équilibre. Double exploit de réalisatrice et comédienne, ce premier film drôle et rythmé décortique les désillusions de toute une génération! 

Date de sortie en France : 2 janvier 2019

Programmation
Lundi 15 21:00Salle Fontaine
Réalisateur Judith Davis
Judith Davis

Judith Davis est une actrice et réalisatrice française. Titulaire d’un DEA de philosophie, Judith Davis se forme, en parallèle, à la comédie à l'école de théâtre Claude Mathieu à Paris. En 2003, elle entre en stage au sein de la compagnie théâtrale flamande Tg Stan, avec laquelle elle réalise un spectacle. Judith Davis commence à se produire, avec cette même troupe, sur la scène du Théâtre de la Bastille dans L'Avantage du Doute, en 2005. L’année qui suit, elle part en tournée en Suisse, interprétant cette même œuvre. Elle fait ensuite ses premiers pas face aux caméras en prenant part à diverses fictions destinées à la télévision ; Jeanne Poisson, Marquise de Pompadour, Femmes de loi, P.J.. En 2007, Judith Davis joue dans la pièce Tout va bien et fait ses débuts au cinéma en tournant sous la direction de Laurent Boutonnat dans le film Jacquou le Croquant. Elle renoue ensuite avec le petit écran, rejoignant les castings des téléfilms Les Liens du sang de Régis Musset (avec Pierre Arditi) et Villa Jasmin de Férid Boughedir. Toujours en 2007, elle revient au théâtre et s’essaie à la mise en scène avec Nusch de Paul Eluard, aidée par Frank Vercruyssen, de la compagnie Tg Stan, et la chorégraphe Anne-Teresa de Keersmaeker, de la troupe Rosas. Judith Davis monte également Les Dessous au Ciné 13. L’année suivante, Sophie Laloy la dirige dans Je te mangerais, dont elle partage l’affiche avec Fabienne Babe et Marc Chapiteau. Quant à Serge Moati, il lui attribue un rôle dans le docu-fiction Mitterrand à Vichy. En 2009, Judith Davis rejoint Mathilde Seigner et Bernard Campan dans Une semaine sur deux (et la moitié des vacances scolaires) d’Ivan Calbérac, puis donne la réplique à Grégoire Leprince-Ringuet et Marianne Basler dans le drame Réfractaire de Nicolas Steil.

Filmographie
2018 Tout ce qu'il me reste de la Révolution
InterprètesJudith Davis, Malik Zidi et Mireille Perrier.
DistributeurUFO DISTRIBUTION.
PrixValois du jury - Angoulème 2018

Propulsé par FestiCiné